5 août 2012 7 05 /08 /août /2012 17:44

 

 

Aujourd'hui ma chronique sur le bilan (désastreux) de Schweighouse Autrement se penche sur la politique éducative que je trouve, elle aussi, oubliée par la municipalité Schmitt.

 

photo-schweighouse-autrement

 

 

Pourtant une politique éducative forte existe bien dans notre ville et encore heureux. La plus visible concerne évidemment la politique scolaire, où les compétences d'une commune est la gestion des écoles maternelles et primaires (création et implantation, gestion et financement, à l’exception de la rémunération des enseignants etc …).

 

Notre commune est à ce niveau richement dotée avec pour le public : deux écoles maternelles (Bocksberg et Marelle) et une école primaire ; et pour le privé : l'ABCM (écoles maternelle et primaire). A noter que le collège est de la compétence du Conseil général ... vive les milles-feuilles des collectivités françaises !

 

Il faut aussi souligner le soutien de la municipalité au projet scolaire, au développement d'activités culturelles (spectacles et bibliothèque) ou encore aux apports financiers pour des activités sportives (piscines) et des classes de découvertes (Hoube par exemple).

 

Mais une politique éducative ne se résume, pas qu'aux questions scolaires. A côté de cela, de nombreuses autres politiques sont menés en faveur de l'enseignement hors-temps scolaire. Nous avons évidemment une halte-garderie (les Petits-loups), un périscolaire (1,2,3 Soleil), un centre aéré (au foyer protestant), le Pass-Loisirs, les activités proposés par le service culture (ateliers et bibliothèque) ou encore nos diverses associations de sport, culture et loisirs. L'ensemble de ses activités sont toutes aussi nécessaire que l'enseignement de base et participe à l'épanouissement des enfants qui développent ainsi leurs potentialités physiques, morales et intellectuelles.



Aujourd'hui à Schweighouse nous pouvons nous estimer content et fier du niveau de cette politique éducative menée depuis maintenant plusieurs dizaine d'années et qui a su progressivement se développer et s'enrichir ... jusqu'en mars 2008.

 

En effet depuis l'élection de Marcel Schmitt et de ses colistiers, aucune nouvelle action a été menée dans ce sens. Pourtant l'éducation n'est pas un débat problématique ou houleux, il fait même plutôt consensus. Qui s'oppose à l'amélioration de l'éducation des enfants de notre ville ? Personne !

 

Pourtant depuis 2008, rien neuf pour l'éducation. Déjà j'ai l'impression que Mme Frintzinger a bien compris qu'elle est adjointe aux affaires scolaires (mais pas pour le meilleur : L'école publique maltraitée par l'équipe en place. ), mais absolument pas qu'elle est aussi en charge de l'éducation, comme l'indique son titre officiel.

 

Puis le projet de l'équipe Loesch : l'extension du périscolaire avec la création d'un restaurant scolaire, est pourtant repris dès 2008, mais loin d'être fini ! Les simples travaux de démolition de la maison Martin n'ont toujours pas débutés, alors que Marcel Schmitt, il y a un an, nous annonce que ses travaux sont imminents !

 

Donc bilan nul pour le moment. Pourtant de nombreux projet sont à envisager.

 

Déjà élargir la tranche d'âge visé par la politique éducative. Il est grand temps de s'attaquer à des actions pour les adolescents. Bien souvent au delà de l'école primaire les activités proposées s’arrêtent et cela est bien dommage.

 

Pourtant à 12 ans, on a tellement chose à découvrir et à connaître. Pour cela il faut créer des liens plus forts avec le collège de notre ville. De plus le Président du Conseil général, Guy-Dominique Kennel, a placé la jeunesse comme l'une de ses priorités de son mandat. Il faut le prendre au mot et aller discuter avec lui. Pourquoi pas trouver des moyens pour créer des ateliers pour les plus de 12 ans, qui sont quasi inexistants.

 

Une ébauche intéressante, mais trop peut cohérente et mise en valeur, semble être tenter par le service animation de la commune, avec des activités autour des arts de la rue, avec un nom qui se veut "jeun's" : R'URBAN session one (allant des cours de DJ, au stage de graffitis et aux repas dans un très célèbre fast-food américain ... )

 

Ensuite il faut aussi que la ville de Schweighouse soi l'un des premiers liens entre les jeunes et le monde professionnel. Pour cela il faut au contraire augmenter considérablement le nombre de stagiaire dans les services municipaux et pas comme Schweighouse Autrement les réduire. Il serait aussi intéressant d'organiser des connections entre les entreprises de la zone commerciale et industrielle, pour obtenir des emplois saisonniers, pour découvrir le monde de l'entreprise et se faire un peu d'argent. Nous n'avons pas tous des parents ou des voisins qui travaillent à Auchan ou à INA.

 

Enfin avec 80 % des jeunes qui obtiennent le bac et qui poursuivent leur études dans le l'enseignement universitaire, ne faudrait-il pas aussi pourvoir faciliter la réalisation de projet de stage à l'étranger par exemple, par l'obtention d'une bourse municipal. Pourquoi pas vers des pays germanophones pour renforcer la politique du bilinguisme !?

 

Je sais de quoi je parle, ayant moi-même passer une partie de mes études, qui s’achève, à l'étranger ou ailleurs qu'en Alsace, il est souvent difficile, voir impossible de concrétiser ses projets si pertinent et formateur, sans aide financière.

 

En tous cas la marge de progression de la politique éducative est encore énorme, mais mise en veille par M. Schmitt, Mme Frintzinger et tous les membres de la majorité. Pourtant un tel oubli est bien fâcheux, car il est bien traitre de croire que l'on peut vivre éternellement sur des acquis anciens, mais si ses derniers ne sont revitalisées, ils tombent en miettes.

 

Bon en tous cas en 2014, c'est un sujet intéressant à mettre en avant … a voir qui le fera.

 

 

Kévin Kennel.

  

PS : les numéros précédent de la chronique :

Schweighouse Autrement : L'An IV. La politique d’aménagement.

Schweighouse Autrement : l'An IV. Politique écologique.

Schweighouse Autrement : l'An IV. Politique foncière.

Schweighouse Autrement : l'An IV : Politique sociale

Schweighouse Autrement : l'An IV. Annonce.

 

 

 

 

 

 

 

Des citoyens schweighousiens
commenter cet article

commentaires

Recherchez Sur Le Blog