10 février 2010 3 10 /02 /février /2010 06:22

 

Bonjour à toutes et à tous,

 

 

 

Aujourd'hui, je vais donc débuter cette mini chronique de trois jours qui concerne les activités ayant disparu dans le « monde culturel de Schweighouse ». Une fois de plus, aucune explication n'a été donnéede la part de M. le Maire et de Schweighouse Autrement concernant ce changement brutal.

Évidemment si vous possédez des informations  sur le sujet (qui vont dans le sens de cet article ou non), n'hésitez à les transmettre à travers les commentaires ou l'adresse courriel du blog.

 

  Avatar

 

 

Dans la programmation de la K'artonnerie, pas de signe de vie des activités concentrées sur les nouvelles technologies.  Pourtant, sous Expressions Communes, trois activités étaient proposées.
Nous allons en voir la première
aujourd'hui :
les ateliers d'infographie, la vidéo et internet.


Ces différents ateliers avaient pour but de faire découvrir ce monde des nouvelles technologies aux jeunes de notre commune et de leur permettre d'en connaitre les rudiments.

Afin d'atteindre cet objectif des efforts ont été réalisés:

 

- D'abord financiers et matériels : 

Ces activités ont besoin en effet de ressources d'une qualité assez élevée pour pouvoir progresser et fournir un travail acceptable. 

Par exemple l'infographie, science de l'image numérique, est indispensable pour obtenir un film en 3D comme l'actuel Avatar de James Cameron. Vous connaissez tous les moyens qu'il a fallu pour monter le film le plus cher de l'histoire du cinéma.


Évidemment il ne s'agit pas d'arriver à ce niveau lors des ateliers proposés par Expressions communes mais bien de découvrir ces nouvelles activités. Mais pour cela, il a fallu tout de même beaucoup de matériel comme des ordinateurs puissants, une tablette graphique, des caméras, qui ont été acquis avec l'aide du Conseil Général. Aujourd'hui, pas de trace de ce matériel...mais des rumeurs que nous ne reprendrons pas.


- Humains ensuite :

Ce projet était porté par un ancien employé d'Expressions Communes, ainsi que par de nombreux intervenants extérieurs, notamment  en direction des élèves du collège et en liaison avec leurs professeurs en charge des matières artistiques. Aujourd'hui, plus rien.

 

19187516-r 760 x-f jpg-q x-20091022 044612


 

Le Marie et Schweighouse Autrement n'ont pas voulu poursuivre  cette politique en direction de la jeunesse, alors que c'est  justement la jeunesse actuelle qui est la plus concernée par ces nouvelles technologies.De plus, aujourd'hui "l'effet" internet n'est plus à prouver et représentepour tous un progrès.

Alors pourquoi vouloir abandonner ce genre d'activités résolument tournées vers la modernité en sachant que notre commune possède déjà les moyens et des gens capable de transmettre ce savoir? 

Une volonté politique et tout pourrait repartir! Car les jeunes qui ont suivi cette formation ont obtenu un savoir-faire qu'ils apprécient et que désormais ils ne peuvent amplifier, faute de moyens mis à leur disposition


Sans oublier que ces nouvelles technologies sont essentielles pour le futur et l'Alsace qui se trouve au cœur du bassin rhénan cher à notre Maire, et qui  tourne justement ses priorités économiques  vers ces domaines.




En tout cas, la plaquette de la K'artonnerie est vide de tous renseignements, aucune information n'as été donnée à ce sujet par M. le Maire ou tout autres membre de Schweighouse Autrement, ni même de membre de la municipalité en charge de la culture. 


Nous ne pouvons qu'une fois de plus regretter l'enterrement du Relais Culturel qui apportait tant à notre ville. Continuons donc d'entretenir la mémoire d'Expressions Communes. 


En conclusion, M. le Maire et Schweighouse Autrement n'ont pas fait mieux, comme promis. Dans ce domaine,  ils ont même rien  fait du tout!



Kévin.

 

commentaires

Obi-Wan Kenobi 21/02/2010 10:40


Les chiffres annoncés peuvent être vérifiés auprès de l'Etat, de la Caisse des dépôts et du conseil général. 
Le véhicule (une Peugeot partner blanche, achetée neuve), financé, donc, par le Ministère de la Culture, a été attribué, sauf erreur de ma part, à la Police Municipale et Rurale (appelée
communément PMR).
Il ne s'agissait ni de "Pâques", ni de "Noël", mais d'un financement public qui s'inscrivait dans le cadre de contrats d'objectifs, avec le Ministère de la culture d'une part, le conseil général
d'autre part (qui a retiré depuis le label de Relais culturel - cf. autres relais culturels du 67 - , avec les financements de fonctionnement qui cela supposait), et la caisse des dépôts et
consignations ("cyber-base" est un label déposé qui leur appartient).
Donc, un service public, hors secteur marchand : la question des "contreparties" est ainsi totalement hors propos (c'est un peu comme si on demandait quelles sont les contreparties attendues par le
ministère de l'éducation nationale qui finance les postes des enseignants dans les écoles de la Commune !).
A bon entendeur. 


Kévin Kennel 15/02/2010 09:13



@  Storik,


 


Encore une fois question de sous!


Néanmoins est il scandaleux qu'une municipalité tente absolument de réduire la charge financière d'un projet pour ses contribuables et premier bénéficiaire du dit projet?


 


Puis de quelle contre-partie sous entendez vous, s'il y a sous entendu? Est si mal par exemple de promouvoir la culture en destination de la jeunesse?


 


Kévin.



Storik 14/02/2010 22:51


Noel et Paques à la fois. Tout à 0 euro et sans contrepartie ??



Kévin Kennel 11/02/2010 22:00


Obiwan Kenobi, merci beaucoup pour toutes ses précisions. Encore une fois cela montre qu'Expressions communes a obtenu énormément de soutien financier, autre que de la commune, pour son projet.
Projet qui a été reconnu par sa pertinence et son efficacité pour obtenir autant de subvention : -Conseil Général -Caisse des dépôts et ds consignations -Ministère de la Culture Comme vous le dites
ce projet axés aussi sur les activités orientés vers les nouvelles technologies était logique, cohérent et utile pour notre commune et monté par des personnes compétentes qui ont su réduire au
maximum la facture pour la commune (o euros! On peut pas faire mieux). Comme vous le montrez, vos propos avec le montage financier pour l'achat de l'ensemble du matériel du relais a été réalisé à
100% par d'autres organismes que la commune, alors que cela est rare. Finalement la commune n'a financée qu'en partie la restructuration et le réaménagement de la Villa (qui était prévu quoi qu'il
arrive) et du fonctionnement d'Expressions communes. Aujourd'hui il suffit de voir les logos présent sur la plaquette de la K'artonnerie. Un seul logo : celui de la commune. La futur facture de la
culture pour Schweighouse risque d'apporter des surprises. Kévin. PS : PMR? Que veut dire cette abrévation?


Obi-Wan Kenobi 10/02/2010 23:25



Si mes informations sont bonnes... petite précision, Kévin : concernant la "cyber-base" de la Villa, exploitée alors par Expressions Communes, l'ensemble de l'équipement (musique assistée par
ordinateur, infographie et vidéo numérique - caméra, accessoires et banc de montage) avaient été financés dans le cadre des dispositifs "Espace Culture Multimédia" du conseil général (15 000
Euros) et "Cyber base" de la caisse des dépôts et consignations (30 000 Euros). L'investissement de la commune dans ce matériel était très exactement de... zéro euros.
Pour le reste de l'équipement de La Villa (véhicule compris - celui qui est passé à la PMR de Schweighouse...), le Ministère de la culture et le Conseil Général (au titre du "contrat
bourg-centre", cette fois) avaient pris l'intégralité en charge (ce qui est extrêmement rare dans le cadre d'un montage financier de ce type).



Recherchez Sur Le Blog