12 juillet 2012 4 12 /07 /juillet /2012 09:03

Bonjour à tous,

 

La semaine dernière, je suis tombé sur la couverture de Tonic Magazine, le n°159, celui du mois de juin. Mon attention est attirée car le nom de notre commune y figure en bonne place. Or, puisque rien de ce qui est schweighousien ne m'est étranger, j'ouvre la revue. L'article qui m'intéresse se trouve en page 29. Il s'intitule "Schweighouse-sur-Moder. Les enseignants du collège affichent leur joie".

 

Article-Tonic.jpg 

 

Mon opinion sur cette publication qui se prétend satirique n'était pas très haute. L'équipe de Schweighouse Sans Son Maire avait eu en effet l'occasion de démonter pièce par pièce un article de Thierry Hans (passé à L'Hebdi depuis) consacré à notre blog, truffé d'erreurs, débordant de mauvaise foi et marqué par un  manque évident de professionnalisme. Vous pouvez (re)lire notre réponse en trois parties: Réponse à Thierry Hans et à Tonic. Première partie. Réponse à Thierry Hans et à Tonic. Deuxième partie. Réponse à Thierry Hans et à Tonic. Troisième partie. Nous n'avons d'ailleurs pas eu de nouvelles: il faut croire que notre argumentation bien charpentée l'a laissé sans voix...

Cette fois encore, l'auteur de l'article, Claude Schaeffer, mérite une réponse en bonne et due forme, qui lui sera également envoyée directement.  

 

 

L'auteur démarre son article par une charge contre les enseignants du secondaire en général, et contre ceux du collège du Bois-Fleuri en particulier. Une charge au contenu usé jusqu'à la corde, clichetonnesque au possible, mais qui se distingue ici par sa  vulgarité, dans le registre scatologico-sexuel. Cette seule partie de l'article justifierait une réponse salée. 

 

Mais après, quand il en vient au vif du sujet, c'est pire, car diffamatoire.

Selon lui, l'équipe éducative de notre collège aurait fêté la victoire de François Hollande à l'élection présidentielle en accrochant des ballons dans l'enceinte de l'établissement, le long d'une passerelle plus précisément, et ce dès le lundi 7 mai, lendemain des résultats du second tour. Tout cela avec photo à l'appui (voir plus haut la reproduction de l'article). Et de s'insurger contre la violation du principe de neutralité politique, inscrit comme il se doit dans le règlement intérieur, qui interdit à toute personne, professeur ou non, d'afficher quelque préférence partisane que ce soit.

 

 

 

 

Un minimum de culture politique européenne aurait permis à l'auteur de s'apercevoir que le bleu est traditionnellent dévolu à la droite, la gauche préférant le rouge. Un minimum de conscience professionnelle et d'esprit critique, de courage aussi, aurait permis à l'auteur de connaître l'origine de la présence de ces ballons. Un minimum d'attention aurait permis de voir des étoiles jaunes sur lesdits ballons. La raison est simple: ils ont été accrochés par la classe de quatrième baptisée Europa (chaque classe du collège porte un nom), à l'occasion de la journée de l'Europe,  soit le 9 mai.

Manifestement, l'auteur a bénéficié de l'aide d'un complice, qui a pris la photo, semble-t-il un jour de congé (mercredi après-midi?) puisque les volets sont baissés. Ou peut-être l'a t-il prise lui-même, pénétrant dans l'enceinte de l'établissement en toute illégalité. Mais l'essentiel n'est pas là: l'auteur n'a à l'évidence pas vérifié ses sources.

 

 

 

 

De deux choses l'une. Soit l'auteur est assez naïf pour penser sincèrement que des enseignants dignes de ce nom vont se livrer à ce genre de petit jeu, au risque d'être rappelés à l'ordre voire sanctionnés par leur hiérarchie. Soit il sait pertinemment que c'est faux, mais le publie quand même. C'est inquiétant dans les deux cas.

D'autant plus que les raisons de s'indigner à Schweighouse sont légion, comme le prouvent les articles écrits sur notre blog depuis trois ans et demi. Nul besoin d'en inventer: Marcel Schmitt et son équipe nous en livrent bien assez.

Je résume donc les trois conseils adressés à Tonic en général, et à Claude Schaeffer en particulier: éviter la vulgarité et les insultes à caractère scatologico-sexuel, vérifier et recouper ses sources, se pencher enfin sérieusement sur ce qui se passe à Schweighouse.

 

   

Qui sait, peut-être aurons-nous une réponse, voire même  l'immense honneur de paraître dans le prochain numéro du magazine qui se dit satirique.

 

 

 

Vincent-002-copie-1Vincent FAVRE.

Des citoyens schweighousiens
commenter cet article

commentaires

Recherchez Sur Le Blog