21 janvier 2011 5 21 /01 /janvier /2011 13:10

 

C'est en lisant l'article p.10, consacré à une rencontre intergénérationnelle entre la Halte-garderie et la Maison de retraite, dans le Bulletin communal n°100, que je me suis demandé que deviennent les « Nuances musicales »?

Les quoi? Ben les « Nuances musicales »!

Vous vous rappelez pas? Le premier exemple de la nouvelle politique culturelle de la municipalité, qui a eu lieu en janvier 2009.

Non? Cela avait été un succès fou selon Schweighouse Autrement! Toujours pas?

 

 

Bon petit retour en arrière :

 Nous sommes en 2008 et Schweighouse Autrement est en plein démontage du programme culturel mis en place par l'Union communale : matraquage d'Expressions communes, audit sur la bibliothèque, etc ... .  

Il est donc urgent pour la municipalité de montrer que « non, elle ne détruit pas la culture, elle en fait autrement ».

 Ainsi, lors d'un Conseil municipal tenu en  septembre 2008, M. Logel propose de voter une subvention de 2100 euros à l'association Impact. Cette dernière organise les fameuses "Nuances musicales". Les caractéristiques de ce projet , selon les termes des DNA (du 3 février 2009), « serviront pour la construction d'une nouvelle saison culturelle ».

 

 

 

Pourtant le projet ne semble pas avoir été repris.

 Rien dans le Bulletin, pas de nouvelle subvention votée au CM, et aucun article dans les DNA, à  ma connaissance.

 Mais pourquoi ne pas réitérer ce projet emblématique de cette nouvelle politique culturelle? Tout simplement parce que M. le Maire et Schweighouse Autrement ont abandonné cette politique.

Anne est déjà revenue sur ce projet en démontrant qu'il n'est pas nouveau et qu'il est plus à classer  dans l'animation que dans la culture : Quoi de neuf, docteurs Logel et Halter? .  

 

20090203_DNA029075.jpg

© Dernières Nouvelles D'alsace, Mardi 03 Février 2009.

 

 

 

Pour ma part, je vais vous prouver ici une nouvelle fois comment Schweighouse Autrement abandonne ses idées premières.

Je reprends les trois axes de ce projet en comparaison avec le début de la saison culturelle de 2010 (septembre à décembre) :

 

-transfrontalier, avec volonté de privilégier le bilinguisme et donc notre dialecte.

 Si l'on reprend la programmation culturelle, il faut noter qu'aucun partenariat avec une structure privilégiant les liens avec l'Outre-Rhin n'a été engagé. Pire: un seul spectacle (Wickie und die starken Männer/Wickie et les hommes forts) bilingue (allemand/français) sur huit au total, est programmé.

Toutefois,un opéra en alsacien (A scheeni Freid) est présenté dans la plaquette, à la page 31, consacrée aux ateliers. Bizarre de mettre un spectacle dans cette section ... c'est peut être parce que celui-ci se déroule et est organisé par Pfaffenhoffen?

 

-intergénérationnel.

 Bon, la programmation veut plaire à tous les goûts et à tous les ages, mais rien n'est prévu en particulier pour renforcer les solidarités entre les générations. Encore pire: le seul spectacle bilingue (allemand/français) est réservé aux scolaires. Exit donc les personnes âgées qui désirent voir des spectacles dans la langue de Goethe.

 

Pourtant, énormément de chose, peuvent être faites dans ce sens, comme des ateliers familiaux, comme on fait ailleurs, où les petits-enfants et les grand-parents pourraient se retrouver autour de différents projets culturels.

 

- et peu coûteux.

 Enfin, la moitié de ce projet est financée par l’Euro District Regio Pamina. L'autre moitié est financée par la commune. C'est l'un ou le principal tort fait à Expressions communes : trop cher! Pourtant, depuis la fin du relais culturel, la ville de Schweighouse est le seul contributeur financier pour la culture. Ce qui doit peser tout autant, voire plus, sur les finances de la ville. Néanmoins, la municipalité ne communique aucun chiffre, ce qui renforce ce propos. Comme nous l'avons vu l'année dernière dans la chronique consacrée à la première programmation culturelle : M. le Maire et Schweighouse Autrement n'ont pas réussi à tenir leur promesse de faire « mieux et moins cher ».

 

 

 

 

 

La municipalité a donc abandonné cela et a décidé de construire une vraie politique culturelle. Attention, pas de quoi se pavaner pour autant. Pour le moment, le seul axe est de plaire à toutes et à tous avec une programmation diversifiée. Très novateur tout cela...

 

Mais bon, au moins Schweighouse Autrement semble (enfin) réfléchir un peu et constate surtout que sa première politique culturelle n'est pas réalisable et l'abandonne au profit d'une politique culturelle plus classique ... d'un relais culturel ... comme Expressions communes.

 

 

Kevin-001Kévin Kennel.

Des citoyens schweighousiens
commenter cet article

commentaires

Recherchez Sur Le Blog