15 novembre 2010 1 15 /11 /novembre /2010 00:00

 

Bonjour à tous,

 

Le calendrier l'a annoncé, le 15 est arrivé et voilà une chronique bien réglée.

Si vous ne voyez pas de quoi il s'agit, je vous conseille de jeter un petit coup d'œil par ici Marcel s'en-mêle!

 

Aujourd'hui, je vous propose une phrase de M. le Maire extraite du Conseil Municipal du 12 octobre 2010


 La voici: «  Je laisse du travail pour le prochain Maire »

 

 

Et bien alors, M. le Maire, en auriez-vous déjà assez? Attendriez-vous avec impatience la fin de votre mandat? Ou alors un petit coup de fatigue bien justifié? On ne peut quand même pas tout faire tout seul. Ne soyons pas égoïste et laissons de quoi faire aux suivants, comme, au hasard, une réunion publique.


Et puis, allez, soyons fous, pourquoi ne pas créer du travail pour les successeurs? On ne pense jamais assez à son prochain. Oh! Mais tiens donc! Aurait-on enfin trouvé le « pourquoi » de toutes les acquisitions immobilières de Schweighouse Autrement? Ce n'était donc pas à eux de réfléchir à leur utilité, transformation et adaptation afin d'apporter un réel bénéfice pour la commune. Eux ils les ont achetées et ce sera au prochain Maire de voir ce qu'il pourra bien en faire.

 

 

Cependant, ne mettons pas la charrue avant les chevaux:M le Maire il vous reste encore du boulot.

 

 

Lucile

Lucile-001-copie-1

Des citoyens schweighousiens
commenter cet article

commentaires

marcel 16/11/2010 22:51



Beaucoup de boulot!


Le premier serait certainement de tout faire pour que son équipe et lui même retrouvent le chemin du dialogue, du respect de l'autre et par la même de la sérénité. Que finisse le spectacle
d'un conseil municipal divisé en trois ou quatre clans.  Que soient mises au second plan les ambitions personnelles des principaux adjoints et que tous se remettent au travail pour faire
avancer notre commune. Il leur reste encore 3 ans pour ne pas trahir notre confiance.


Je pense que le fait d'évoquer publiquement sa succession, au travers d'une phrase aussi anodine que celle que vous ressortez de son discours, ne peut que flatter les ambitions des Acker,
Fritzinger, Bock et d'autres peut-être. C'est une erreur de plus à l'actif de notre Marcel.


Laisser du travail au prochain c'est se voiler la face, fuir les réalités et comme le disait notre président ce soir, cacher la poussière sous le tapis...


 



Recherchez Sur Le Blog