4 juillet 2012 3 04 /07 /juillet /2012 17:46

Bonjour à tous,

 

Que les lecteurs veuillent bien m'excuser: C'est par erreur que j'ai annoncé hier que le Schmitto-Tour, feuilleton de l'été 2012, commencerait dès aujourd'hui. C'est en fait mercredi prochain 11 juillet que le premier épisode sera publié sur le blog. 

La chronique du Maire creux dit a donc droit à un quatrième épisode, après le succès des trois premiers:   Le Maire creux dit. Épisode n°1.   Le Maire creux dit. Épisode n°2.   Le Maire creux dit. Épisode n°3.     

 

    

 

 

 Lors du Conseil Municipal qui s'est tenu lundi dernier 2 juillet, et qui donnera lieu sur le blog à un compte rendu alternatif, Marcel Schmitt a eu une nouvelle fois l'occasion d'étaler sa capacité à tenir des propos incohérents, surréalistes abscons ou encore vides de tout contenu.

 

Pour le plaisir, et puisque la chronique du Maire creux dit sera absente deux longs mois, j'ai décidé de choisir non pas une mais deux phrases de notre premier magistrat, véritable comique qui s'ignore (il a raté sa vocation et aurait fait beaucoup moins de mal et de bêtises s'il s'était lancé dans une carrière solo). 

 

 

Un petit lapsus pour commencer, dont il a le secret. À l'issue du point 5 de l'ordre du jour, Marcel Schmitt lance:

 

"Et maintenant le point suisse".

 

Il voulait, bien sûr, dire le point "six". Il avait déjà fait le coup du "point G". Sans doute était-il encore tracassé par l'affaire du prêt Helvétix, abordé en point 3. Cela dit, je me demande dans quelle mesure il ne l'a pas fait exprès, rien que  pour alimenter la chronique du Maire creux dit. Il est comme ça, Marcel, il aime rendre service, toujours, surtout à ceux qu'il apprécie particulièrement. Ou alors il a pensé que du coup, je me contenterai de cette petite phrase anodine.

Mais pas de chance, il y en a une autre qui mérite le détour, et même qui vaut le voyage.

 

 

"Pour moi, la culture est diverse et variée: la pêche et le foot, c'est aussi de la culture".

 

 Pour celles et ceux qui suivent bien les affaires de la commune depuis 2008, ces propos ne sont pas nouveaux. Marcel Schmitt les avait déjà tenus, mot pour mot, lors d'un Conseil Municipal. À l'époque, c'était pour justifier la suppression du Relais Culturel Expressions Communes, qualifié d'"élitiste". Aujourd'hui c'est pour refuser de venir en aide à l'Ensemble Musical de la Moder, qui, sans le soutien de la municipalité, devrait purement et simplement disparaître. J'aborderai en détail ce sujet brûlant, à la fois dans le  compte rendu et dans un autre article qui lui sera spécialement consacré.

 

Pour le moment, je voudrais une fois de plus dénoncer ces propos populistes, relativistes et incohérents.

 

Dire que tout est culture revient à tout mettre sur le même plan. Cela porte un nom: le relativisme culturel. Si tout se vaut, alors précisément il n'y a plus de culture, plus de valeurs, plus d'éducation possible. C'est le nivellement par le bas, la fin des repères, de la civilisation tout simplement. Et si tout est culture, alors pourquoi avoir une adjointe et un délégué à la culture? Tout le monde s'occupe de culture, même l'adjoint aux Sports et Associations par exemple. Et alors pourquoi ne pas proposer un match de foot dans le cadre de la saison culturelle, et un concours de pêche? Ou bien un loto, un tournoi de tennis dans l'immense complexe tennistique qui se profile? Un lancer de portables, une démonstration de tricot, un concours de Miss Moder, une manifestation de tunning? Tout est culture, je vous dis!

 

Il est grand temps que Marcel Schmitt s'accorde une retraite, ma foi bien méritée. Il aura alors tout le loisir de se faire expliquer les multiples sens du mot "culture". C'est à nous de lui permettre cela. Pour ma part, je m'y emploierai bien volontiers.

 

Et vous?

 

Vincent-002-copie-1Vincent FAVRE.

 

Des citoyens schweighousiens
commenter cet article

commentaires

Recherchez Sur Le Blog