9 avril 2011 6 09 /04 /avril /2011 21:46

Citoyennes, citoyens,

 

En voilà au moins une qui tient ses promesses dans notre commune: La liste des participants, fidèle au rendez-vous, comme chaque neuf du mois.

 

Pour Marcel Schmitt, qui n'y comprend toujours rien (quelqu'un peut-il lui expliquer?), mais aussi pour celles et ceux qui découvrent notre blog, je ne peux que conseiller la lecture des articles qui suivent: Alerte orange sur Schweighouse.   La liste des participants fête son premier anniversaire.

 

2008-02-9-Manif-Mairie-009

 

Et voici les cinq participants du mois.

 

 

Jean ANOUILH.

Un empoyé du théâtre de l'Atelier, originaire de Schweighouse, s'était arrangé pour ne pas rater une miette des répétitions de la plus fameuse pièce du dramaturge, Antigone (1944). Un soir, l'acteur principal, qui interprète le héros éponyme de l'oeuvre,  se blesse une heure avant la représentation. Notre Schweighousien n'hésite pas une seconde: il se propose pour le remplacer, au pied levé. On finit par accepter, faute d'autre solution. La prestation de cet homme modeste restera gravée dans la mémoire des spectateurs, des autres acteurs et de l'auteur.

 

 

 

 

Jean-Louis BONCOEUR.

Après son  village aux sortilèges (1979), qui décrit la sorcellerie quelque part dans la campagne berrichonne, l'écrivain et comédien, de son vrai nom Édouard Lévêque, décide de diversifier son approche en partant à la découverte de pratiques similaires dans d'autres régions de France. Arrivé en Alsace en 1982, il passe par Schweighouse où il fait la connaissance d'une sorte de mage noir vivant reclus, craint par les notables qu'il exècre. Il serait encore vivant, prêt à punir comme ils le méritent tous les hypocrites et autres assoiffés de pouvoir. Puisse-t-il en avoir encore la force!

 

 

 

Annie GIRARDOT.

Disparue le 28 février dernier, l'actrice, si populaire dans les années 70, trouvera réconfort et chaleur chez ses amis schweighousiens, rencontrés par hasard en Italie. De 1983 à 1995, alors qu'elle traverse une période difficile, ils l'auront accueillie des dizaines de fois, sans jamais demander d'explication, en toute simplicité. Ils savaient bien qu'un jour leur artiste préférée renouerait avec le succès.

 

 

Jules ROY.

Le 29 juillet 1996, Serge, étudiant en lettres modernes et histoire à Strasbourg et habitant  Schweighouse (mais vous le saviez déjà) se rend à Vézelay pour rencontrer son écrivain favori, à qui il consacre son mémoire de maîtrise. Soutenu avec brio et publié sous le titre Oui, un soldat peut désobéir (2000), ce travail est un ode à l'insoumission. Certains, à Schweighouse comme ailleurs, seraient bien inspirés de le lire.

 

 

 

Boby LAPOINTE.

Il est avéré désormais que le fameux auteur-compositeur-interprète a écrit une chanson sur Schweighouse, suite à son  passage éclair en 1967. Intitulée Nom de nom, elle déclinerait le nom de notre commune: Schweighouse-sauce-Madère, Schweighouse-sur-Moteur, Schweighouse-sur-Mer et bien d'autres. Quand aurons-nous enfin le plaisir de la découvrir? On pourrait rajouter un couplet avec Schweighouse-sans-son-Maire!

 

 

 

 

 

Comme elle est grande et riche, la commune qui a noué des liens avec autant de personnages illustres !

Au plaisir de vous retrouver pour la prochaine liste des participants, le 9 mai donc.

 

 

 

Vincent FAVRE. 

Vincent-001

Des citoyens schweighousiens
commenter cet article

commentaires

Recherchez Sur Le Blog