9 janvier 2010 6 09 /01 /janvier /2010 06:25

Citoyens de Schweighouse et d'ailleurs,

 

2008-02-9-Manif-Mairie-009


En 2010, la liste des participants poursuit son irrésistible allongement. Pour mémoire, il s'agit de personnes qui tiennent à faire savoir qu'elles étaient bien présentes lors de la fameuse action citoyenne du 9 février 2009. Voyez plutôt.


Maurice CHEVALIER
En 1939, alors qu'il a déjà largement fait ses preuves en tant que chanteur, avec notamment Prosper (1935), et acteur de cinéma, en particulier dans la Veuve joyeuse (1934), il effectue une tournée pour soutenir le moral  des troupes de l'Est (qui en ont bien besoin)  après la déclaration de guerre en septembre.
Figurez-vous que c'est  à un Schweighousien réfugié à Reims en 1938 que Jean Boyer, parolier du chanteur, doit le titre Ça fait d'excellents Français, qui deviendra une sorte d'hymne  de cette France de la "drôle de guerre", partagée entre le sentiment du devoir patriotique et un pacifisme viscéral.


Nicolas BOUVIER
De 1958 à 1963, l'écrivain-voyageur-photographe suisse travaille pour l'Organisation Mondiale de la Santé à la rédaction d'une Nouvelle Bibliothèque Illustrée des Sciences et des Inventions. Une démarche iconographique qui consiste à rassembler des représentations tant populaires que techniques dans l'Europe rhénane et qui le conduit à Schweighouse. Là,  en 1961, il rencontre un jeune tapissier passionné qui lui fait découvrir son atelier et sa collection de planches du XIXème siècle. Il dira dans un entretien peu connu combien les soirées qu'ils ont passées ensemble compteront  dans l'écriture de son plus célèbre ouvrage, L'usage du monde (1963).


Augustine FOUILLÉE
Sous le pseudonyme de G.Bruno, en hommage à l'humaniste brûlé vif en 1600 sur ordre du pape, elle écrit son Tour de la France par deux enfants (1877), sans doute le manuel scolaire le plus vendu et le plus lu dans notre pays à ce jour.
Il s'en est fallu de peu que le point de départ du périple des deux orphelins ne fut notre commune, Schweighausen à l'époque. L'auteur avait déjà repéré les lieux et rédigé le premier chapitre: André et Julien quittant  la Rue des Juifs au petit matin, puis remontant la Moder embrumée.
Hélas, un problème technique à l'impression a obligé l'auteur à abandonner ce début, au profit de Phalsbourg qui , avec sa porte de France, n'est pas mal non plus . Heureusement,  quelques habitants de Schweighouse possèdent encore des planches de cettre première version.


Max ERNST
Le peintre et sculpteur allemand est mobilisé pendant le premier conflit mondial, alors qu'il n'est pas encore devenu un acteur majeur des courants  dada et surréaliste.
L'étape que sa compagnie effectue dans notre commune en mars 1915 marquera profondément sa démarche artistique et son inspiration. Les cinq jours qu'il y passe lui font rencontrer une petite fille qui semble avoir déjà tout inventé: munie d'instruments rudimentaires, elle pratique, avec une facilité déconcertante pour son âge, le grattage, le frottage et le collage. 
L'artiste reprendra  toutes ces techniques et n'oubliera pas la petite Schweighousienne:  trente-trois oeuvres lui sont dédiées .
Devenue presque centenaire, il semblerait qu'elle ait insisté pour que des ateliers d'arts plastiques soient mis en place à Schweighouse dans le cadre du Relais Culturel.


Robert DOISNEAU
Pendant l'été 1945, celui qui allait devenir le plus célèbre photographe français d'après-guerre parcourt l'Alsace, de Wissembourg à Oberlarg.
Il en retire pas moins de 450 000 négatifs qui, du fait de la non parution du livre prévu,  ont trop longtemps dormi dans son atelier de Montrouge.
Retrouvés et exposés, ils nous livrent une vision partagée entre cicatrices de la guerre et joie de la libération.
Schweighouse n'a pas échappé au regard du jeune homme de 33 ans: cinq clichés y ont été pris. L'un d'entre eux montre un petit garçon devant la Mairie d'alors qui tend fièrement un drapeau français  à un homme que l'on imagine être son père pour qu'il le fixe au bâtiment.



Avec de telles personnalités, c'est peu de dire que l'année commence sous les meilleures augures pour notre commune, qui peut ainsi se vanter de compter parmi elle des citoyens d'honneur remarquables.

Gageons que le prochain 9 du mois sera du même niveau.


Vincent FAVRE.


Des citoyens schweighousiens
commenter cet article

commentaires

Recherchez Sur Le Blog