9 octobre 2010 6 09 /10 /octobre /2010 07:50

Citoyennes, citoyens,

 

Faut-il le rappeler? Le 9 du mois à Schweighouse, c'est le jour de la liste des participants.

Comme la dernière fois (9 septembre), invitions celles et ceux qui prennent le train en marche, et ignorent de quoi il s'agit, à lire attentivement les articles suivants:Alerte orange sur Schweighouse. La liste des participants fête son premier anniversaire.

 

Et comme chaque fois, nous croulons sous les sollicitations pressantes de personnalités diverses et  remarquables qui insistent pour que chacun sache qu'elles en étaient bien de l'action citoyenne du 9 février 2009!

2008-02-9-Manif-Mairie-009

 

Voici la sélection du mois.

 

 

Joan MIRÓ.

Célèbre surtout pour ses peintures (entre autres L'Or de l'azur, 1967) et sculptures (comme Oiseau Lune, 1946-1949), l'artiste espagnol, toujours curieux et avide de nouvelles expériences, s'essaya à la céramique. Avant de réaliser ses propres oeuvres, il part en 1945 à la découverte des techniques et des oeuvres populaires. Cette quête le mène notamment dans les villages potiers de Soufflenheim et Betschdorf. Là, il rencontre une femme issue d'un milieu modeste, originaire de Schweighouse, qui vient de se lancer dans  un projet un peu fou: créer des pièces avec la terre du lieu, cuites au bois,  qui s'inspirent du style traditionnel local, mais en l'enrichissant de nouvelles formes et motifs. Il apprendra beaucoup auprès d'elle. Le jour de son départ, il lui demande si elle se considére comme artiste ou artisan. Elle aurait répondu cette phrase qui toujours l'accompagna: "Nous autres potiers, nous sommes des poètes aux mains sales".

 

 

François-Xavier VERSHAVE.

C'est sans doute dans les années 1960, à l'occasion de ses deux années de coopération en Algérie, que l'économiste et essayiste engagé a forgé le néologisme "Françafrique", qu'il popularisera en 1998 avec son ouvrage le plus célèbre, La Françafrique:le plus long scandale de la République. Mais qui dira qu'il lui a été inspiré par un coopérant schweighousien, personnage haut en couleurs, à la fois original, anticolonialiste, aventurier et grande gueule surnommé "Charlemagne" ? Personnage qu'il a retrouvé  à Strasbourg dans le cadre de l'Association Survie Alsace, à qui il déclara qu'il voulait lui consacrer un livre. Mais  la maladie l'a emporté en 2005. On ignore ce qu'il est advenu du manuscrit, qui évoque paraît-il les réseaux françafricains en Alsace du Nord que "Charlemagne" n'avait eu de cesse de dénoncer.

 

 

Ingrid BERGMANN.

Malade à ne pouvoir se lever l'avant-dernier jour du tournage de Casablanca (1942), l'actrice suédoise a été doublée par une Schweighousienne, véritable sosie. Le secret a été bien gardé. Même Humphrey Bogart, qui lui donnait la réplique,  ne l'a jamais su. Il n'a d'ailleurs rien remarqué ni soupçonné.

Il est pardonné: il est bon de savoir qu'il y  a un peu de notre commune dans l'un des plus grands classiques de toute l'histoire du cinéma!

C'était le début d'une grande amitié entre les deux femmes...

 

 

Pierre SANSOT.

Sociologue, anthropologue, philosophe, écrivain, certes, mais les titres universitaires et les honneurs ne l'intéressaient pas le moins du monde. Il préférait marcher, observer le quotidien, les petits détails auxquels personne ne prête attention.  Les Gens de Peu (1992), il les a rencontrés et cotoyés un peu partout en France. Il est venu à Schweighouse, bien sûr. Il en a tiré quelques passages des chapitres 5 "Les petits bricoleurs" et 9 "Paroles d'ivrognes". Plusieurs habitants de notre commune gardent un souvenir ému de son passage. Ils ne sont pas prêts d'oublier cet intellectuel modeste et profondément humain.

 

 

 

 François VILLON.

L'auteur de la Ballade des pendus (1462) a t-il jamais entenu parler de Schweighouse durant sa courte vie? Nul ne le sait. Probablement pas. Pourtant, une oeuvre posthume récemment mise au jour et intitulée Ballade des enfants sacrifiés laisserait penser qu'il a foulé le sol de notre commune. En voici quelques vers, qui donnent le ton:

"Princes, puissants en haut montés /Si les enfants vous sacrifiez

Devenus grands, certains soyez /Qu'il seront sans aucune pitié

Un an, deux ans, six ans passés /Même le temps ne peut calmer

Ressentiment , colère rentrée/Si les enfants vous sacrifiez" .

Nous attendons la suite avec une certaine impatience!

 

 

 

 

Une fois de plus, la liste des participants est à la hauteur.

Et le 9 novembre, me direz-vous? Pareil, en mieux, je vous réponds.

 

 

Vincent-001Vincent FAVRE.

 

 

Des citoyens schweighousiens
commenter cet article

commentaires

Recherchez Sur Le Blog