6 juillet 2010 2 06 /07 /juillet /2010 09:00

Citoyennes, citoyens,

 

 

 

Le troisième Conseil Populaire organisé par l'équipe du blog s'est tenu comme prévu mercredi 30 juin dans la salle du Ski-Club.

En voici un compte rendu.

 

 

 

 

1 Une réussite qui nous encourage et fait honneur à Schweighouse.

 

Nous voudrions d'abord souligner la réussite de cette initiative. 

 

 

En termes d'affluence tout d'abord: trente-six personnes étaient présentes. Ce qui montre que le Conseil Populaire est plus connu désormais et que les citoyens n'ont plus peur de s'y montrer.

 

 

Peut-être que le fait d'avoir une salle pour se réunir a joué un rôle. Une salle tout à fait agréable et adaptée que nous louerons  à nouveau pour le prochain Conseil Populaire.  

 

DSCN1666 

 

Les citoyens présents ont tous joué le jeu en respectant les règles simples que nous nous sommes fixées: discussion, respect, écoute. D'ailleurs, autre motif de satisfaction, presque tout le monde a pris au moins une fois la parole.

 

Nous tenons à signaler la présence d'un élu, de la majorité en l'occurence: M. Gorzelanczyk,  Adjoint à l'Economie et à l'Emploi. Il a respecté une règle d'or du Conseil Populaire, à savoir pas de prise de parole pour les élus en place, et est resté presque jusqu'au bout, à quelques minutes près. 

 

Il y avait même parmi nous une citoyenne de Strasbourg qui, ayant de la famille à Schweighouse et participant elle-même en tant que représentante de quartier à des démarches de démocratie participative,  a décidé d'assister et même d'intervenir à plusieurs reprises. Un regard extérieur, des expériences voisines sont toujours intéressants. Cette personne a d'ailleurs tenu à féliciter l'ensemble des citoyens présents, plus nombreux que lors de certaines réunions de quartier dans la capitale alsacienne!

Lors de la première édition, un citoyen de Haguenau était là, la deuxième fois un citoyen de Wissembourg et maintenant Strasbourg: le rayonnement du Conseil Populaire grandit!

 

 

Enfin, les DNA étaient elles aussi représentées, ce qui nous permettra d'avoir un écho plus large encore grâce à un article paru dans l'édition de dimanche dernier, en pages locales. Peut-être certains d'entre vous l'ont-ils déjà lu. Le Conseil Populaire avait déjà été annoncé dans  le numéro daté de mardi 29 juin.

 

 

Même la cigogne était de la partie:

 

 DSCN1662

 

 

2 Premier point à l'ordre du jour: les acquisitions immobilières.

 

Après une présentation du contexte par un membre de l'équipe du blog, les citoyens ont échangé sur cette question sensible et polémique.

 

La quasi totalité des citoyens présents a été critique voire très critique à l'égard des acquisitions immobilières, ce qui est tout à fait légitime, mais rappelons que  les aspects positifs ont eux aussi leur place lors du Conseil Populaire. Peut-être seront-ils plus développés par les participants lors de la prochaine édition.

 

Les remarques ont  d'abord porté sur les projets.

Un citoyenne, relayée par d'autres, se demande s'il y a vraiment des projets.

Un autre citoyen considère  qu'il n'est pas pertinent de créer des places de parking supplémentaires (cela revient en effet dans plusieurs acquisitions), mais qu'il faudrait plutôt que les gens commencent par utiliser les stationnements existants, ce qui est loin d'être le cas.   En particulier Rue de l'Ecole, où il n'est pas rare de voir de nombreuses places libres alors que des voitures sont garées sur les trottoirs, empêchant le passage des piétions et poussettes. Certains automobilistes semblent même s'être réservés une place sur le trottoir.

 

 

Concernant ensuite le coût de ces acquisitions.

Pourquoi payer systématiquement au prix fort? Est-ce bien l'intérêt général qui est pris en compte ou  plutôt des intérêts particuliers? La plupart des achats ont en effet été effectués auprès de particuliers, qui ont tous fait une très bonne affaire sur le dos des contriuables. 

Un citoyen considère qu'il ne s'agit pas d'un investissement immobilier, et qu'il n' a donc pas de recherche de rentabilité.

La municipalité a t-elle payé plus cher pour être sûre d'obtenir les biens, demande un citoyen? Cela paraît peu probable quand on sait que plusieurs de ces biens étaient en vente depuis longtemps, comme la maison Bock ou la maison Martin.

 

 

La question des priorités de la municipalité est également posée. Un participant fait remarquer que parallèlement à tous ces achats qui engagent des sommes énormes, l'Ecole Elémentaire du Moulin attend toujours que les toilettes, dans un état déplorable,  soient refaites et qu'une salle ce classe soit ouverte.

 

 

Enfin, le problème du moment choisi est soulevé par un citoyenne qui s'interroge sur une telle frénésie immobilière en pleine cure d'austérité et d'économies budgétaires. Un citoyen répond que les acquisitions avaient été faites dans un contexte de relance (2008-2009).

 

 

 

Ce qui ressort finalement, c'est le manque cruel d'informations émanant de l'équipe en place. Un manque de transparence et de communication à tous les niveaux. Mais aussi un manque de cohérence.  

 

 

 

Avant de passer au deuxième point, les participants ont pu se désaltérer (boissons non alcoolisées offertes par l'équipe du blog), déguster le succulent clafoutis (sans noyaux) confectionné par Anne, le tout en continuant à discuter, bel exemple de convivialité.  

 

 

 DSCN1660

 

 

3 Deuxième point à l'ordre du jour: la police municipale.

 

Là encore, la tonalité critique a largement dominé. Même remarque que tout à l'heure: les arguments en faveur de la politique menée par la municipalité doivent aussi s'exprimer.

  

Il faut dire qu'un petit sondage à main levée a permis de constater que seule une personne avait vu la police municipale au moins une fois dans la journée, dans la semaine et même dans le mois!

Manque de visibilité, donc.

 

 

Mais est-elle bien utile cette police?

Quelqu'un demande s'il y a  vraiment des problèmes de sécurité qui justifient une telle structure. Plusieurs citoyens semblent penser que oui, les problèmes de sécurité, routière notamment, existent à Schweighouse.

Mais la police municipale est-elle la bonne réponse?

Un citoyen n'hésite pas à parler d'une "police de figuration". Tout le monde ou presque considère que ses moyens sont dérisoires: trop faible effectif (trois agents), des horaires de bureau qui ne sont pas adaptés aux problèmes (pas de ronde de nuit pour surveiller les maisons des habitants partis en vacances, souligne un citoyen). Par ailleurs, rien n'a été fait en partenariat avec les écoles par exemple pour sensibiliser à la sécurité routière. Mais si l'on veut une police plus efficace, il faudra en assumer le coût. Or, celui-ci n'est pas annoncé par l'équipe en place. Encore un manque de transparence et de communication.

 

 

 

N'y a t-il pas aussi un probème dans ses statuts?

Comme son nom l'indique, elle est aux ordres du pouvoir, plus précisément du Maire, qui donne les orientations.

Or, plusieurs citoyens dénoncent les consignes données par le Maire de ne pas verbaliser. Là encore, la question de l'intérêt général est posée.

Plus généralement, les missions ne sont pas claires. Gendarmerie de Haguenau et police municipale de Schweighouse ont tendance à se renvoyer la balle.

Par ailleurs, le rôle de M.Heilig, fraîchement promu "Monsieur Sécurité", n'est pas clair.

On s'aperçoit que la profession de foi de Schweighouse Autrement n'était pas franchement ambitieuse: elle annonçait en substance une police proche des habitants, qui assure la sécurité  surtout aus abords des écoles et qui n'emploie  la répression qu'en ultime recours.

 

 

D'où une idée qui émerge: quelles solutions alternatives?

Un citoyen demande si l'on peut supprimer la police municipale et revenir au projet de gendarmerie de l'équipe précédente. Sur le premier point, la réponse est oui, mais sur le deuxième, il semble bien que notre commune est désormais sur la liste noire pour avoir refusé ce projet  en 2008.

 

Des solutions à des problèmes d'aménagements routiers peuvent très bien se faire sans police municipale.

 

Plusieurs personnes rappellent le rôle des adultes, notamment des parents ou des élus, dans la sécurité des enfants. L'expérience du Schnakebus a montré l'intérêt mais aussi la difficulté de telles initiatives, qui exigent du temps et de la volonté Peut-être la police municipale pourrait-elle servir de relais dans la mise en place de ce genre de projets.

 

 

 

 

 

4 Divers: selon la volonté des participants.

 

Contre toute attente, ce sont les mauvaises herbes qui se sont invitées.

Ce sujet semble tenir à coeur de nombreux habitants qui se sont élevés contre le laisser-aller de l'équipe en place en la matière. Les espaces verts ne seraient plus aussi bien tenus, tant les parcs que les rond-points et autres pourtours des arbres. On aurait même des chardons dans les bacs à sable...En cause, une mauvaise gestion du personnel communal (des ouvriers communaux qui distribuent le Bulletin Communal et la plaquelle de la K'Artonnerie par exemple), mais aussi la volonté de ne plus utiliser aucun désherbant au profit de l'arrachage à la main, certes écologique mais très long. Une personne fait remarquer qu'à Strasbourg, on pratique aussi  l'entretien écologique, mais avec une toute autre efficacité. L'image de Schweighouse en prend un coup, selon les citoyens, quasi unanimes.

 

 

Le problème de la sécurité est revenu, preuve qu'il préoccupe les citoyens. Il ne faudrait pas attendre un accident mortel pour réagir, par exemple près du collège, Rue des Sports, où à certains endroits, la piste cyclable est dangereuse. Certains rappellent que le non-respect des règles élémentaires est quotidien.

 

 

Le thème de la consultation des citoyens s'est invité aussi.

Des réunions de quartier, organisées par la municipalité, sont-elles envisageables et souhaitables?

D'ailleurs, le registre de doléances prévu dans la profession  de foi de Schweighouse Autrement est-il en place?

Un participant propose que des expositions pédagogiques et publiques présentent à tous les projets d'aménagements, comme cela avait été fait pour le Centre Kaeufling par exemple.

 

 

 

Enfin, des citoyens proposent de coucher sur le papier les questions que chacun se pose à l'issue du Conseil Populaire.

L'équipe du blog se charge de les recenser et de les mettre au propre. Puis , elle les remettra à deux citoyens qui ne sont pas membres de l'équipe et qui se sont portés volontaires pour les apporter au Maire. Les participants au Conseil Populaire ont encore dix jours (jusqu'au 14 juillet) pour transmettre leurs questions ou propositions à l'équipe du blog. Ils peuvent écrire directement au blog ou à l'adresse suivante: favre_vincent@hotmail.com

 

Belle initiative qui contribue à la démocratie participative qui, espérons-le, portera ses fruits, et qui sera reconduite lors du prochain Conseil Populaire.

 

 

 

 

 

 

Si les personnes qui étaient présentes à ce troisième Conseil Populaire, mais aussi les autres bien sûr, ont envie de se manifester, pour rectifier, compléter, critiquer, proposer, qu'elles n'hésitent pas à envoyer un commentaire.

 

 

Encore merci à tous ceux qui ont participé d'une manière ou d'une autre à cette démarche.

 

Nous vous tiendrons bien sûr au courant pour le prochain Conseil Populaire.

En attendant, il ne faudra pas oublier de préparer la réunion publique promise par la municipalité pour cette année. 

En espérant que la date sera donnée rapidement (la moitié de l'année est écoulée...), mais aussi l'ordre du jour et les modalités de fonctionnement. Car toute réunion se prépare. Il ne faudrait donc pas que les citoyens soient pris au dépourvus, car ce serait malhonnête de la part de la municipalité qui, elle, a tout le temps d'anticiper et de peaufiner ses dossiers.

 

  

 

 

A bientôt, sur le blog ou sur le terrain.

 

 

 

Vincent FAVRE et Kévin KENNEL, pour l'équipe du blog. 

commentaires

Recherchez Sur Le Blog