13 avril 2009 1 13 /04 /avril /2009 21:11

 

14496Aujourd'hui, avec ce cinquième chapitre, la chronique arrive à la moitié de son chemin. Comme dans chaque roman, voici le noeud de l'histoire. C'est logiquement que ce chapitre va aborder un sujet hautement risqué : la culture. Donc, chapitre spécial.

 

La trame de l'article va suivre celle de l'article paru dans le magazine satirique Tonic numéro 125 de mars 2009.

 

Un peu de lumière autrement

 

 

Depuis plus d'un an, les membres du blog et les citoyens schweighousiens en général nous nous étonnions du manque de transparence de M. le Maire et de son équipe face à feu "Expressions Communes". Après un an de mutisme de la part de M. Schmitt et de Tonic sur ce sujet, une rencontre est organisée entre eux. L'entretien a lieu à la suite d'un article de Tonic tellement peu élogieux sur la municipalité actuelle que la rumeur courait que M. Weber avait racheté le magazine. ^^

 

Lors de l'interview, du coté de la municipalité sont présents M. Schmitt, M. Gorzelanczyk et M. Obert. Tiens donc M. Gorzelanczyk, adjoint chargé de l'économie et de l'emploi, qui parle de la politique culturelle de Schweighouse pour Tonic. Que de souvenirs! Schweighouse n'est pas si "autrement" que cela...

Néanmoins que sont devenus Mme Halter et M. Logel en charge de la culture? Ont-ils disparu? Sont ils dépossédés de leurS fonctionS au profit de M. Gorzelanczyk?

Autre problème: alors que les citoyens de Schweighouse sont obligés de manifester pour se faire recevoir par la M. le Maire, Tonic au contraire a été immédiatement reçu. Favoritisme ou simple manipulation politicienne? Aucun des deux n'est brillant.

 

Rappel : alors que le maire et son équipe, avec l'aide de Tonic ,sont encore dans l'opposition, ils dénoncent constamment la gestion de la culture de la ville, trop onéreuse et trop élitiste selon eux.

 

Marcel Schmitt promet une culture inter-générationnelle et généralisée, d'après Tonic. Sauf dans son programme! Je vous invite à me trouver la trace de culture dite inter-générationnelle et généralisée dans ce programme :

 

  • La politique culturelle restera une prioritée mais pas à n'importe quel prix ! Une mise en commun des moyens sera étudiée et une réorientation en découlera probablement.
  • Nous apporterons un soutien sans faille à chaque association qui présentera un projet pertinent et réaliste.
  • Nous allons créer  des espaces de liberté pour nos jeunes.
  • Un adjoint et un permanent seront désignés comme correspondant pour toutes les Associations. Nous ferons en sorte que les Associations bénéficent davantage de soutien tant matériel que financier.
  • Le bilinguisme constitue un atout indéniable. Il fait partie de notre patrimoine culturel et constitue un formidable avantage pour l'insertion professionnelle.
  • L'ancienne salle de cinéma sera restaurée en partenariat avec la "Fondation DE FURST".
  • L'ensemble des fêtes locales sera, évidemment, maintenu. (Commémorations - Mesti - Fête des Rues - Noël personnes âgées)

 

Les Schweighousiens (et non les Schweighousois) n'ont donc pas pu voté en connaissance de cause.

 

    20081221 DNA043530Puis, à peine élu, M. Schmitt, dépense l'argent de nos impôts pour faire un audit sur Expressions Communes. Drôle de manière de prendre contact avec l'un des services les plus importants de Schweighouse et ses employés. Au lieu de se rendre sur les lieux ou d'aller voir un spectacle, un expert comptable est envoyé et non un organisme indépendant, spécialisé sur les questions culturelle, reconnu et soutenu par l'Etat comme l'OGACA. Certes, le président de cet organisme est le premier directeur d'Expressions Communes, mais lui aurait fait son travail en totale transparence. Néanmoins, quand l'OGACA réalise un audit sur Summerlied (et non Sommerlied), là plus aucun souci.

 

Bref, le résultat de l'audit est le suivant :

 

  1. Dénonciation de la méthode de fonctionnement d'Expressions Communes,  non conforme d'un point de vue juridique.

Dans cette optique, Expressions Communes change ses statuts à la demande de M. Schmitt et de son équipe et rentre dans la dite légalité à travers une association. Oui, car dans l'esprit de la nouvelle municipalité, la culture ne peut se faire qu'à travers les associations. Les projets culturels portés et soutenus (financièrement) par la volonté politique semblent être écartés par la municipalité. Elle préfére privilégier la culture à travers les associations et donc favoriser les intérêts des membres des associations que d'avoir une politique culturelle au niveau de la commune dans l'intérêt général. On est loin d'une politique généraliste!

 


  1.      Coût plus important que celui annoncé par l'équipe de Bernard Loesch. Cher, vu le nombre de personnes concernées.

Coût de la culture à Schweighouse :

mars 2008 (avant l'audit) : 195 000 euros

juin 2008 (après l'audit) : 600 000 euros

octobre 2008 (après l'audit de la bibliothèque) : 900 000 euros

le 09 février 2009 (Marcel Schmitt devant les caméras de Fr3) : 195 000 euros

 

Etrange yoyo. Nan?

 

Lors de la réunion d'information du 14 février, obtenue après la manifestation, la municipalité a fait part de son intention d'augmenter les prix des spectacles. Motif invoqué : Schweighouse propose des prix pas assez élevés par rapport à Haguenau. Etonnant pour des personnes qui critiquent une politique élitiste.

 

 

 

Programme-Exp-ComEnsuite comme M. Weber (et non toute l'opposition) est membre de l'association Expressions Communes, une guerre médiatique, à travers les DNA, débute. Mais où Tonic reste absent! Dommage. M. Gorzelanczyk préfére désormais les bulletins communaux.

 

Dans cette guerre, comme le décrit Tonic, les armes sont inégales. D'un coté, M. le Maire et la municipalité, et de l'autre une association culturelle. Mais dites-moi Schweighouse Autrement  a donc proposé de soutenir sans faille toutes les associations qui présentent un projet pertinent. Malgré l'obtention du label relais culturel en 2006 (à peine 10 structures l'ont obtenu dans le Bas-Rhin), la reconnaissance et l’engagement des publics (pétition ayant recueilli plus de 300 signataires à ce jour), des lettres de soutien émanant de la Drac Alsace, de l’Agence culturelle d’Alsace ou du réseau des Scènes du Nord Alsace et un bilan d’activité triennal jugé exemplaire par le Conseil Général du Bas-Rhin, Expressions Communes ne semble pas avoir un projet acceptable pour Schweighouse Autrement.

 

Après une réunion de médiation proposée par Expressions Communes où face aux exigences de programmation qui remettent en cause le fondement du relais, aux préjugés d'élitisme et d'inutilité, au manque d'écoute des élus et aux pressions financières de la municipalité, le président d'Expressions Communes propose aux membres de l'association de se dissoudre. Choix le plus honorable d'après lui et accepté par les les membres de l'association.

 

M. Schmitt aurait aimé en terminer au plus vite avec Expressions Communes, mais avec ses colistiers il a dû assurer a minima la fin de saison. Pour information, lors de la réunion du 14 février avec la municipalité pour savoir quelles activités du relais vont poursuivre, M Schmitt s'est engagé à publier au plus vite une plaquette à ce sujet. Pour l'instant toujours rien!

 

Donc non, M. le Maire vous n'êtes pas un bon communicant! Faut-il encore que vous communiquez autrement que par Tonic.

 

Fin du rappel, certes long mais pas inutile.

 

 

 

En ce qui concerne l'avenir culturel de Schweighouse, la nouvelle municipalité se focalise sur quatre points :

 

-Renforcement de l'école de musique pour un plus large public.

Pourquoi ?L'école de musique est6elle restreinte? Existe t-il une sélection quelconque?

 

-Déménagement de la bibliothèque (vers la Villa) basée sur les contes, l'écriture et les livres.

Programme révolutionnaire pour une bibliothèque!

 

-Projet (de spectacles?) pour jeunes et adultes en partenariat avec Pfaffenhoffen.

La mutualisation des moyens à travers les Scènes du Nord était déjà de rigueur.

Le tout piloté par Nicole Clauss qui est là pour combler le poste vacant de responsable de la bibliothèque, mais aussi chargée du programme culturel donc, sans oublier la liaison avec les écoles. Rien que cela.

 

-Bilinguisme avec un soutien accru aux écoles bilingues et une ouverture vers le monde extérieur.

Soutenir le bilinguisme alors que Mme Fritzinger, adjointe chargée des affaires scolaires, ne se rend même pas à une réunion publique sur ce sujet à Schweighouse. Il est vrai que la réunion concernée uniquement les écoles publiques et non l'ABCM!

Le but à atteindre pour M. Schmitt est celui -ci : Schweighouse phare de la culture régionale. Mais si Schweighouse n'a même pas voulu d'un simple relais culturel, a-telle l'envie et les moyens de ce nouveau statut? De plus, quand on voit que la liste Schweighouse Autrement n'a pas voté à l'unanimité une subvention de 3000 euros à Summerlied, on peut s'inquiéter sur la faisabilité d'un tel projet.

 

Notons un point tenu par la municipalité : la gratuité de la fête des rues.

 

Expressions Communes est comparé à la fin de l'article de Tonic à une pâtisserie. A ce sujet, je mets en garde M. le Maire et son équipe quant aux soucis de digestion que peuventt provoquer les soufflés quand ils sont dévorés trop chauds. Car pour l'instant, les dégâts causés par la perte d'Expressions Communes ne sont pas encore visibles, mais ils vont se ressentir. Pour illustrer mes propos et finir ce chapitre je voulais vous faire part de cette citation de Robert Grossmann.

 

 

"Oui, la culture coûte cher mais l'absence de culture coûte infinement plus cher."

 

Kevin-001Kévin Kennel.

 

PS : N'hésitez à compléter ce chapitre sur la culture où j'ai dû oublier tant de choses.

commentaires

Kévin 19/04/2009 18:40

Encore une fois Joséphine vous avez trouvez les bons mots : la diversité culturelle.

Tous le monde ne peut qu'être pour plus de culture et sur tous les sujets.
Grâce à Expressions Communes nous avions une politique culturelle reconnue dirigée vers les jeunes, mais où les adultes pouvaient trouver leur compte.

A ce projet solide et utile, la nouvelle municipalité ne pouvais elle pas faire en sorte de greffer une politique culturelle en direction de la découverte du dialecte et des traditions de notre région. A ce moment là nous aurions eu une offre culturelle plus large encore et diverse.

Hélas il fallait d'abord mettre à terre cette structure. Désormais la culture est encore présente mais restreinte. Dommage!

Joséphine 19/04/2009 18:00

La diversité culturelle est une richesse qu'il est important d'initier dès le plus jeune âge. c'est vraiment dommage pour les jeunes de SCHWEIHOUSE d'avoir "démoli" cet outil à leur service. Pour ce qui est de l'air qui change à SCHWEIGHOUSE, en effet, de toutes les personnes rencontrées, aucune n'a voté pour la liste de Monsieur SCHMITT. Pourtant, il a obtenu des voix. mais peut être que les électeurs se sont rendus compte de leur erreur ....et qu'ils n'osent même plus dire qu'ils ont voté pour eux.

Kévin 18/04/2009 01:04

Edit :

Précisions pour les lecteurs : dans le paragraphe concernant la dissolution d'Expressions Communes une erreur c'est glissée, que j'ai modifié.

Ce n'est pas le directeur d'Expressions Communes : M. Hoeffel, mais le Président d'Expressions Communes : M. Lutz qui a proposé la dissolution de l'association.

Merci au citoyen schweighousiens qui m'a fait part de ce détail.

Kévin.

Kévin 15/04/2009 12:43

Bienvenu Lilas et merci pour vos compliments.

Il est vrai que l'air de Schweighouse est autrement et peut etre pas comme l'équipe en place l'espere ou le concoit. M. le Maire croit souvent que c'est une majorité de Schweighousiens qui le soutiennent. Il est vrai qu'il a était élu à la majorité, mais de 62 voies! Il ne faut jamais l'oublier! L'écart est très faible et donc le rapport de force peut ou a déjà changé.

Kévin.
Ps : Vous avez juste oublier le deuxieme "z" dans le nom de famille de M. Gorzelanczyk. mais bon M. l'adjoint ne va pas vous poursuivre en justice pour si peu.

lilas 14/04/2009 22:20

tout d'abord félicitations pour ce site et pour les articles que vous publiez

etant conseillère municipale dans l'équipe de bernard loesch je peux confirmer toute la méchanceté de jean gorzelancyk (excusez s'il y a des fautes)vis à vis de mr Weber lors de chaque réunion du conseil municipal
le seul but de cet individu est de détruire et de casser ce que les autres ont construit et il y prend un malin plaisir
mais dans les rues de schweighouse le vent tourne.......et dans les maisons les gens parlent et discutent........

Recherchez Sur Le Blog