10 février 2009 2 10 /02 /février /2009 22:17

Anne-004 

   

Installées à Schweighouse à l'occasion du dernier festival Summerlied pour baliser le chemin de la manifestation aux festivaliers,  les coiffes-pensait-on- allaient retrouver le chemin de la capitale alsacienne.
Les semaines passaient et les bustes trônaient toujours aux quatre coins de la commune. Fête des rues, messti, kermesse aux poissons ou aux caniches nains ... voilà que désormais elles seraient nos colonnes Morris locales...l'expression libre en moins.
On en parle à Schweighouse, forcément. Plantées à des endroits stratégiques (ronds-points, carrefours, ...) elles ne passent pas inaperçues. Certains diront qu'elles leur plaisent ("c'est tout de même les coiffes traditionnelles de nos arrières-arrières-grands-mères."- c'est ça le problème: c'était il y a cent ans !!!), d'autres les trouvent franchement de très mauvais goût. Pour ma part, habitante de Schweighouse, j'ai dû justifier que je ne cautionnais pas ce genre d'oeuvres mais avant tout, en aucun cas le symbole et le message que Monsieur le Maire y voit.


On y arrive: mais qu'est-ce qui plaît tant à Marcel Schmitt dans ces coiffes?
Dans le Bulletin communal n°92 de l'automne 2008 , Monsieur le Maire fait publier un article franchement enthousiaste dans lequel il affirme qu'elles ne sont pas prêtes  d'être déboulonnées de leurs socles: "(...) aujourd'hui, elles s'ancrent sur des socles de ciment qui s'enracineront(...) à Schweighouse bercées par la Moder enivrées par l'air vivifiant d'une nature à préserver."
Air pur, paradis écologique? Est-ce bien de Schweighouse-sur-Moder que l'on parle?
C'est plutôt les pots d'échappement des centaines de véhicules qui traversent chaque jour notre ville qu'elles respirent, nos pauvres alsaciennes géantes. Mais c'est un autre débat que nous aurons l'occasion d'aborder une autre fois.


Revenons à nos moutons.
Prêt ou acquisition? Mystère.
S'il y a acquisition, toutes ces coiffes, ça ne doit pas passer inaperçu dans le budget de la commune.
Si c'est un prêt, pour combien d'années, s'il-vous-plaît?
En tout cas, Marcel Schmitt les aime. À tel point qu'il en fait installer une dans le hall du centre culturel et sportif Robert Kaeufling. Mais celle-ci, nous ne l'avions pas encore vue. Nous l'avait-on cachée?
Tantôt monochromes, tantôt grimées en Egyptienne ou encore en choucroute géante, en voilà une maquillée en "Alsacienne"! Provocation?
Non, non. Celle-ci n'est pas l'oeuvre d'un plasticien de la scène artistique strasbourgeoise.
C'est Monsieur le Maire lui-même qui l'aurait faite repeindre par des agents communaux comme un vulgaire nain de jardin que l'on ripolise chaque fin d'hiver avant de l'exposer dans son jardin au milieu d'un parterre de fleurs et d'une pelouse bien tondue. Surtout, tout doit être bien lisse. Rien ne doit dépasser. Ce serait choquant, voire indécent.
Est-ce cette conception que vous avez de la culture, Monsieur Schmitt? Celle d'un régionalisme lourdingue, ringard?
Monsieur le Maire, vos techniciens manquaient-ils de rose pour peindre le visage de votre protégée?
À en voir son teint jaunâtre, soit elle manque d'air (l'air n'est pourtant pas étouffant Schweighouse, il est "vivifiant"), soit elle a mal digéré qu'on la remaquille sans son accord.
Elle semble bien au bord du malaise, à la voir de près et cela dans tous les sens du terme. Il serait bon qu'elles retournent vite dans leur ville natale se faire une petite santé.


Pour finir, encore un petit extrait de ce cher Bulletin communal n°92 qui restera dans nos mémoires,  avec une phrase épatante: "Puisse l'ombre de ces coiffes éclairer les esprits". L'auteur de cet oxymore tient à rester anonyme, dommage!
Nous avons longtemps cherché comment des ombres pouvaient éclairer.
Et finalement, nous avons trouvé mieux: les détourner oui mais, cette fois avec humour et dérision.
Désormais sur notre blog, elles nous prêteront leurs coiffes. Elles seront le support de nos humeurs, de nos sentiments, de nos révoltes mais peut-être auissi de nos bonnes surprises.
Et si un jour elles nous quittent, nous pourrons nous aussi dire que nous avons porté la coiffe alsacienne.

Anne Haenel.

 

Aurore-001   

 Kevin-001

 

 Lucile-001-copie-1

 

 Vincent-002-copie-1

 

 

commentaires

anne haenel 22/03/2009 21:46

Bonjour à tous,

Merci pour tous vos commentaires, récents et plus anciens.
Vous l'avez s'en doute remarqué, depuis quelques semaines nos chères coiffes alsaciennes nous ont quittés pour d'autres cieux.
"Schweighouse sans son maire" mène l'enquête. Nous ne vous laisserons pas dans l'ignorance. Vous en saurez plus sur la migration des coiffes en terre strasbourgeoise.
Si vous avez des informations, n'hésitez pas à nous les communiquer.
Nous attendons vos commentaires sur ce sujet ou sur d'autres articles publiés par mes confrères.
Ne vous retenez pas, exprimez-vous.

Anne Haenel, membre de "Schweighouse sans son maire".

rené 21/03/2009 19:47

franchement je ne sait pas ce quelles ont d'alsacien ces coiffes, celles qui restes dans mes souvenirs étaient bien plus belles noire et non bariolée mais bon on ne les voient plus et c'est temp mieux

Romain 20/03/2009 18:18

Bonjour,

cela n'as pas était précisé mais le maire à également acheté le bâtiment qu'occupe pizza nico pour entreposer ses alsaciennes!

Voila quelque centaine de millier d'euros superbement dépensé!!

josi 24/02/2009 14:03

Bonjour,

Pour ma part, je trouve que schweighouse à pris une grosse tête et se prend pour le centre du monde (alsacien) depuis la mise en place de ces coiffes. Il faut savoir que les habitants de schweighouse ne font jamais comme les autres, il faut toujours que ce soit plus beau et meilleur que ce que son voisin fait. Ceci peut-être rigolo mais jusqu'à un certain point.

Il semblerait que la ville de strasbourg ai voulu se débarrasser de ces têtes (trop bien pensantes ou pesantes !!!) mais je ne sais pas s'il y a eu échange d'argent. Si j'ai une info je vous en ferais part.

Dans tous les cas schweighousiens et schweighousiennes réveillez vous et arrêter de vous cachez derrière les rideaux sans rien dire agissez.

anne et vincent 11/02/2009 21:17

Merci pour vos premiers commentaires.

Ce n'est pas la coiffe en tant que telle qui est visée ici ni même les oeuvres en question mais bien l'instrumentalisation qui en est faite par le maire de Schweighouse.

Il s'agit à la fois pour ce dernier d'imposer un cliché, une certaine image, figée, de l'Alsace (il n'y a pas une coiffe alsacienne mais bien plusieurs de même que la coiffe bigouden n'est pas la coiffe bretonne), mais aussi de marquer son territoire, de laisser une trace dans la postérité schweighousienne (on a les grands travaux qu'on peut),aveu pathétique d'une soif de pouvoir non étanchée depuis trente ans.

Il faut avoir un sacré problème d'identité régionale doublé d'un égo surdimensionné, aggravé d'un manque de goût caractérisé, accompagné d'une méconnaissance du territoire pour avoir choisi ces oeuvres qui n'avaient vraiment pas mérité cela.

D'où notre modeste contribution dans leur réhabilitation politique, morale et artistique avec les montages photographiques.

D'autres pistes de réflexion concernant les coiffes: Quel sens donner au blanchiement de l'Egyptienne? Pourquoi ne pas faire de leur socle une tribune d'expression libre plutôt qu'une case de plus pour la propagande municipale?

A bientôt, sur le blog et sur le terrain!

hidden 11/02/2009 20:06

elle ne me plaisent pas non plus, ces coiffes disséminées aux quatres coins du village et des environs, ni les idées qu'on veut leur faire véhiculer.
Par contre, il ne faudrait pas les renier non plus. Les basques sont fiers de leur bérêt et les bigoudaines de leur coiffe (et ce n'était pas il y a 100 ans) Celà fait partie de notre culture et personne ne peut le nier.

Danièle FAHRER METZGER 11/02/2009 14:26

Pour ma part, ces kopfs........... ?????????? J'y connais rien en art si on peut appeler cela de l'art.
Avec de l'humour, c'est pratique pour indiquer le chemin , tu tournes avant le rond point où il y a la blanche et la rouge, personne ne peut les rater !
L'idée de Chorche de rajouter une touche de bleu me plait beaucoup, cela ferait : bleu, blanc, rouge !

Qwellwassersüffer Chorche 11/02/2009 01:10

Moi ? Je les trouve superbes, ces 'kopfs' coiffées super-classe ! Mais ... il manque un petit quelque chose pour qu’elles soient encore plus magnifiques : 1 policier municipal au pied de chacune d’elle pour les garder. Là ! ça serait top-classe : la touche finale du très bon goût !
Mais, malheureusement, on n’est pas prêt de voir ce magnifique spectacle. Le premier policier embauché en … hmm … disons … septembre 2008, hiberne encore et n’a pas encore pointé son museau dans SCHMITTLAND. Les deux autres sont à peine plus fantomatiques …
Dommage, vraiment, car ça donnerait une petite touche de bleu à la couleur cacad’oie des ces superbes œuvres d’art issues d’une culture d’un autre âge … … l’agri-culture !

Chorche

Vincent 11/02/2009 00:25

Pourquoi c'est Kévin qui a droit à l'Egyptienne d'abord?

Et vous autres, pour laquelle avez-vous un faible?
Non, je demande ça juste au cas où on vous proposerait un "coiffothon": fournir une photo en format jpg et passer commande...

Recherchez Sur Le Blog